Galette des rois et ghetto blasters

Nous avons été invités à déjeuner chez un ami dimanche dernier, où nous avons rencontré son chien mignon, poli et bien élevé. Pendant que nous mangions, il s’est assis à côté de nous avec une expression douce qui disait : “Si vous avez du mal à finir, je pourrais vous aider…” Cela contraste fortement avec Hugo, qui aboie avec impatience et frappe Luc à la cuisse avec sa patte, son expression du genre : ‘Oy ! Donnez-moi de la nourriture ou j’enverrai des renforts ! Il y a un dessin de Peanuts, dans lequel Woodstock, l’ami à plumes de Snoopy, envoie à Snoopy une facture pour les dommages lors d’une fête qu’il a organisée. Je suis si heureux que nos chiens ne soient jamais invités à des fêtes ; cela me ruinerait financièrement.

Je suis récemment tombé sur des histoires drôles sur Twitter, et l’une d’entre elles m’a fait tellement rire que je me suis disloqué deux côtes (les joies d’Ehlers Danlos !). Plus tard, errant sans but dans les couloirs de l’hôpital local, dans mon étourdissement habituel induit par le masque (ok, donc juste mon étourdissement habituel), il m’est venu à l’esprit que la musique de fond était identique à une playlist que j’avais sur mon téléphone. . Quand, au passage, j’évoquai cette coïncidence à la secrétaire du médecin, elle me dit, très gentiment, et du ton feutré habituellement réservé aux maniaques et aux idiots, que la musique semblait en fait provenir de mon sac à main. J’ai transformé par inadvertance mon sac à main en un petit pistolet ghetto en cuir !

Luc utilise notre chat difficile comme moyen de critiquer la nourriture que je prépare. Il n’arrête pas de dire des choses comme ‘le chat n’a pas fini le bœuf bourguignon parce qu’il l’a trouvé un peu gras’ ou ‘Minou a préféré le Coq au Vin que tu as fait la dernière fois’. Je peux vous dire que le chat ferait mieux d’apprendre à arrêter de s’abdominer, sinon votre nourriture maison finira dans les gamelles du chien…

La Galette des Rois (ou Bolo Rei) est une tradition en France depuis le XIVe siècle. Il est servi le 6 janvier pour célébrer l’Épiphanie, bien qu’il soit généralement disponible tout au long du mois de janvier et qu’il soit maintenant partagé entre la famille et les amis pour célébrer la nouvelle année. Le « roi » est représenté par une « fève », ou amulette, cachée à l’intérieur du gâteau. Celui qui trouve la « fève » dans sa part de gâteau devient « roi » et a le douteux honneur de porter une couronne de papier pour la journée.

Ingrédients (pour 6 personnes)

400g de pâte feuilletée

2 cuillères à soupe de confiture d’abricot

75g de beurre

100g de sucre

2 oeufs battus plus 1 jaune

140 g d’amandes moulues

Un peu de sel

2 cuillères à soupe de cognac ou d’armagnac

Préchauffer le four à 200°C. Diviser la pâte en deux, ouvrir chaque morceau et couper en tranches d’environ 25 cm et déposer un rond sur une plaque à pâtisserie. Étalez la confiture d’abricots sur la pâte (sans atteindre les bords). Battre le beurre ramolli et le sucre jusqu’à consistance légère et mousseuse, puis ajouter les œufs battus. Ajouter la poudre d’amandes et le sel et ajouter le Cognac/Armagnac. Versez le mélange sur la confiture et étalez uniformément. Badigeonnez les bords de la pâte avec un peu d’eau et couvrez avec le deuxième tour en pressant les bords ensemble pour sceller. Faire un motif sur le dessus avec un couteau bien aiguisé et badigeonner de jaune d’oeuf. Cuire au four pendant 25-30 minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Il peut être servi chaud, mais pas chaud ou froid.